Inès da Silva Fkatchouk confronte un outil de construction (la tuile)
à la peinture.

Celle-ci révèle la géographie que le temps a développé à son égard.
L’artiste utilise la matérialité de la pierre pour explorer sa mémoire,
rendant visible un ensemble de silhouettes et de visages qui font partie
de son histoire. Cette recherche personnelle vient s’entremêler avec la
recherche de la matière que ce soit sur la tuile ou sur la toile.

Le matériau devient le support de transmission d’une mémoire indélébile,
qui questionne le sens de l’histoire et la valeur du temps qui passe … 

Matthieu Blond